Accueil / Politique / Europe / Le Monténégro est appelé à entrer dans l’OTAN

Le Monténégro est appelé à entrer dans l’OTAN

Les ministres des affaires étrangères des vingt-huit pays membres de l’OTAN ont « appelé », mercredi 2 décembre, le Monténégro à intégrer l’Alliance, une entrée qui sera effective dans les dix-huit mois prochains.

D’après son secrétaire général, Jens Stoltenberg, cette décision « historique », dix-sept ans après les bombardements de ladite Alliance sur Podgorica, montre « l’engagement continu » de l’OTAN pour des Balkans occidentaux. Les nouvelles adhésions concernent celles de l’Albanie et de la Croatie, en 2009.

Prétendant depuis 2009, le Monténégro, un petit pays de 630 000 âmes pour lequel les autorités sont constamment critiquées pour sa corruption épidémique, a reçu dernièrement le soutien décisif des Etats-Unis, pylône de l’organisation. « Ceci n’est pas un message adressé à la Russie », a indiqué lundi l’ambassadeur américain auprès de l’OTAN, Douglas Lute. « Il ne s’agit pas ici de la Russie, mais du Monténégro », a-t-il poursuivi, indiquant que l’adhésion à l’OTAN était « une décision nationale » appuyée par toute la population et les dirigeants du pays.

« Provocation »

Ce n’est pas pour rien que la diplomatie américaine a pris le soin de prévenir qu’il ne s’agissait pas d’une provocation contre la Russie, car cela peut hérisser le gouvernement russe qui voit dans cette initiative un moyen visant à parader sur sa zone d’influence. Le Monténégro n’a obtenu son indépendance qu’en 2006 de la Serbie, ami favorisé dans les Balkans de la Russie qui a gardé d’importants intérêts à Podgorica et participe pour près d’un tiers à ses investissements étrangers.

Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, parlait encore en septembre d’une « erreur » et une « provocation ». Et le gouvernement de Milo Djukanovic, un fidèle de l’ex président serbe Slobodan Milosevic devenu « pro-occidental » à la fin des années 1990, a parlé de l’implication de Moscou dans les récentes manifestations anti-OTAN qui ont agité le pays.

A propos de Stéphane

Stéphane
Fan d'automobile, de sport et de politique. Mon avis et mes articles n'engagent que moi.